La femme dans le miroir, Than-Van Tran-Nhut

Publié le par Erell

couv16280163.jpgRésumé : Comment une femme du XVIIe siècle a-t-elle pu servir de modèle à un peintre du XXe ? C'est la question que se pose Adrien, hanté par la mort récente de sa femme, en reconnaissant sur une toile contemporaine le visage qui se reflète dans le miroir d'une vanité peinte trois siècles plus tôt. D'où vient que cette beauté a traversé le temps comme si des artistes n'avaient jamais cessé de l'aimer ? Devenu malgré lui l'acteur d'une aventure née sous le pinceau d'un maître hollandais, il entreprend une inquiétante enquête où l'histoire des pigments et la magie des alchimistes l'entraînent hors du domaine de la raison et lui ouvrent des portes inattendues. Aidé par un chercheur lunatique et un thanatopracteur savant, il plonge dans les mystères des passions amoureuses peut-être aussi subtils que ceux de la pierre philosophale, promesse de longue vie. Mais sur le point de percer le secret des tableaux, il comprend soudain que rien dans cette histoire n'est dû au hasard et que les véritables enjeux de cette énigme dépassent le fantasme d un idéal de beauté.


Mon avis : Adrien a perdu sa femme, il tombe dans une dépression qui l’enferme dans son appartement. Pourtant un jour, avec les insistances de la meilleure amie de sa femme, il sort un peu de son enfermement. Finalement, cela ne sera que le prétexte à lui trouver une nouvelle obsession : le portrait de cette femme que l’on voit apparaitre à travers les siècles.


En lisant le résumé de la femme dans le miroir, je ne sais pas pourquoi mais je m’attendais à lire quelque chose de plus  «conventionnel». En même temps je ne peux m’en prendre qu’à moi-même je ne lis les quatrièmes de couverture qu’en diagonale. Je trouve qu’elles en disent souvent beaucoup trop.

Alors le début qui reste purement scientifique m’a plu (tout le questionnement qui reste purement histoire de l’art).  Adrien semble s’enfermer complètement dans son délire, perdu entre la réalité et le rêve. Vrai ou pas ? Je n’ai pu m’empêcher de me poser la question tout le long.

Finalement je n’ai pas vraiment accroché, à cause de ces questions autour de la peinture. Je pense que j’ai été plutôt un observateur extérieur à tout cela. Je me vois plutôt tel Lena (la meilleure amie de la femme défunte d’Adrien), un peu circonspecte, pas très convaincue par les démonstrations d’Adrien.


En bref, malgré un début qui m'a plu, j'ai été un peu plus déçu par la suite.

Ce livre a été lu dans le cadre d'un partenariat entre les éditions Robert Laffont et Livraddict qui m'ont permis de découvrir ce livre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article